Exemples de peintures

Gloria Petyarre, Central Desert, N.T.

Bush Medicine Leaves (Feuilles medicinales du bush)
Gloria a exposé à Sydney, Melbourne, Canberra, New York, …
Sujets : Mountain Devil Lizard (lézard-diable de la montagne), Bean (fève), Emu (émeu), Pencil Yam (racine yam-crayon), Grass Seed (semis d’herbe) et Brown Grass (herbe brune).
Son travail est basé sur les peintures corporelles faites sur les seins et les épaules des femmes lors de cérémonies.
Elle a développé son style de peinture d’une manière très abstraite, parfois même sans les points typiques de la peinture aborigène, avec des touches de différentes couleurs donnant l’impression de mouvements du plus bel effet.

Walala Tjapaltjarri, Central Desert, N.T.

Tingari Dreaming (Tradition des Tingari)
Ses peintures sont présentes dans des collections privées et publiques, en Australie, aux USA et en Europe.
Les peintures de Walala représentent des histoires de l’époque du Jukurrpa*, où vivaient entre autres les Tingari. Ces toiles racontent leur territoire situé près du lac Mackay en Australie de l’Ouest. Les Tingari sont un groupe d’êtres mythiques qui voyageaient à travers de vastes espaces en accomplissant des cérémonies pour créer et façonner des sites particuliers, tels que grottes, collines de sable, montagnes sacrées et points d’eau, dans le désert de Gibson. Ces sites sont des endroits sacrés.
L’histoire de ces toiles racontent le voyage, lors de l’époque du Jukurrpa, d’un important groupe d’aînés Tingari, qui enseignaient la connaissance rituelle aux initiés. Ce que ces peintures racontent est associé avec les cérémonies secrètes et sacrées des Tingari. A cause de ce caractère confidentiel, il est impossible pour un non-initié d’en savoir plus.
Cette mythologie est une partie de l’enseignement aux jeunes initiés et apporte en même temps des explications aux coutumes contemporaines. Cela fait partie de la transmission de la tradition.

Jane Oliver, Central Desert, N.T.

Sans titre
Sujet : Caterpillar (chenille).

Julie Nangala, Central Desert, N.T.

Les peintures de Julie dépeignent les femmes voyageant à travers les plaines sablonneuses du désert, avec leurs mères et grand-mères, pour participer aux cérémonies de femmes. Ses peintures sont une série de points se chevauchant, créant ainsi l’illusion de lignes tourbillonnantes, pour montrer les collines de sable, les points d’eau et sa région escarpée.

Peter Overs, Central Desert, N.T.

Emu Dreaming (Rêve de l’émeu)
Sujets : Yabby Hole (trou de langoustine) et Emu (émeu).
Peter peint les Emu Men (hommes émeux) de l’époque du Jukurrpa*. Ils avaient des corps humains avec des pattes d’émeu. Il y avait aussi des femmes émeux, mais dans cette peinture, Peter dépeint les empreintes des hommes émeux venant de toutes les directions pour assister à une cérémonie. Le site de la cérémonie est marquée de blanc.

L’émeu ressemble à une autruche. Un peu plus petit que celle-ci, il atteint tout de même 1,8m de haut et pèse environ 59 kg. Cet oiseau se trouve dans les vastes plaines australiennes. Sa course est très rapide. Les oeufs sont entièrement incubés par les mâles qui s’occupent aussi des petits.

Gabriella Possum Nungurrayi, Central Desert, N.T.

Seven Sisters ((constellation) Les sept soeurs)
Gabriella a exposé à Washington, Londres, New York, en Suisse et en Australie.
Sujets : principalement Milky Way (voie lactée) ou Seven Sisters (sept soeurs). Accessoirement Bush Coconut (noix de coco du bush), Black Seed (graine noire pour cuire le pain), Exploding Seed Pod (cosse de la graine explosive) et histoires des femmes de la région du Mt Allen.
Gabriella est la fille du célèbre Clifford Possum Tjapaltjarri.

L’histoire de cette toile est la suivante : à l’époque du Jukurrpa*, un groupe de sept femmes Napaltjarri étaient poursuivies par un homme Jakamarra du nom de Jilbi. Assis dans une grotte, il pratiquait la magie de l’amour. Il coupait ses longs cheveux et les filait sur une quenouille en bois, puis il accomplissait chants et danses. Les gens pouvaient l’entendre de très loin.

Il attirait souvent des jeunes femmes à venir dans sa grotte pour vivre avec lui. Les hommes Jakamarra étaient très fiers de leurs succès associés à la pratique de cette magie. Entre eux, ils passaient beaucoup de temps à se vanter de leurs prouesses.

Mais les sept femmes Napaltjarri n’avaient pas l’intention de faire l’amour avec Jilbi et s’enfuirent. Elles voyagèrent longtemps à travers le désert, jusqu’à ce qu’elles aient trop faim et soient trop fatiguées pour continuer plus loin. Elles s’installèrent à Uluru en quête de fourmis à miel (honey ants). Puis quand elles virent Jilbi approcher, elles allèrent à un endroit appelé Kurlunyalimpa et elles se changèrent en sept feux. Avec l’aide d’esprits d’Uluru, elles montèrent au ciel pour y devenir des étoiles. Depuis lors on peut les voir en un groupe de sept étoiles dans la constellation du Taureau, connues sous le nom de Pléiades. Quant à Jilbi, il s’est transformé en étoile du matin de la ceinture d’Orion et continue à poursuivre les Pléiades à travers le ciel.

BARK PAINTINGS (peintures sur écorce d’eucalyptus)

*Jukurrpa est traduit en anglais par Dreamtime, époque du Rêve. Je préfère pour ma part ne pas traduire ce mot.